Charte des droits des passagers aériens: il est temps de changer

L'année 2019 a été difficile pour les compagnies aériennes et une bonne année pour les lois de protection des passagers aériens.

La guerre des prix féroce entre les compagnies aériennes à bas coûts et les compagnies à service complet a provoqué des faillites en Inde. - Jet Airways, Slovénie - Adria Airways et a même entraîné la disparition de la plus ancienne agence de voyage au Royaume-Uni. - Thomas Cook.

Malheureusement, ce sont généralement les voyageurs aériens qui souffrent le plus.


Des normes claires de traitement pour les voyageurs aériens sont certainement nécessaires. L'Union européenne a les siennes.EC 261, et récemment Canada a adopté une Charte des droits des passagers pour améliorer la protection des consommateurs.


Il est temps également d'apporter un changement aux États-Unis.

Juste avant de partir en congé, le Sénat américain a présenté une loi audacieuse visant à améliorer de manière significative les voyages aériens. La proposition de loi Charte des droits des passagers aériens vise à augmenter l'indemnisation des passagers et à offrir une protection contre les frais abusifs des compagnies aériennes. Elle obligerait les compagnies aériennes à rembourser automatiquement les passagers en cas de dommage, de perte ou de retard des bagages. Le projet de loi aborde également la question de la diminution constante de la taille des sièges et de l'espace pour les jambes afin de garantir la sécurité des passagers.


Pour comprendre pleinement l'ampleur et la portée des changements proposés, il faudrait examiner la législation actuellement en vigueur aux États-Unis.

Quels sont vos droits prévus dans la Charte des droits existante?

Vol surréservé

En vertu de la réglementation actuelle règles régissant l'industrie aérienne aux États-Unis, si les passagers sont refus d'embarquement, ils sont éligibles à une indemnisation.

Lorsqu'une compagnie aérienne a surréservé son vol international ou national, elle est tenue de chercher d'abord des volontaires prêts à céder leur place.

Quels sont vos droits si vous renoncez volontairement à votre vol?

En cas de refus d'embarquement volontaire, vous avez droit à une indemnisation de la part de la compagnie aérienne. Cependant, le montant ou la forme de cette indemnisation estnon spécifié.Cela signifie que vous devrez convenir d'un accord personnel avec votre compagnie aérienne.

Quels sont vos droits si vous êtes refusé à l'embarquement de manière involontaire?

Si la compagnie aérienne ne trouve pas de volontaires, vous pouvez obtenir refusé à l'embarquement de manière involontaire si vous êtes involontairement exclu de votre vol. Dans ce cas, la compagnie aérienne doit vous proposer un vol de remplacement et vous pourriez être éligible à une compensation. Le montant de la compensation dépendra du retard à l'arrivée. Actuellement, la compensation maximale est fixée à 1350 $ (environ 1220 € actuellement). Elle est due si vous arrivez plus de 2 heures après l'heure d'arrivée initialement prévue (4 heures pour les vols internationaux). Cependant, si vous arrivez à votre destination finale moins d'une heure après l'heure prévue, vous ne recevrez aucune compensation.

avion blanc stationné en plein jour

Retard sur le tarmac

Si un long retard au sol En cas de retard au sol prolongé, les compagnies aériennes doivent:

  • vous offrir de la nourriture et de l'eau, des soins médicaux (si nécessaire) et l'accès à des toilettes après 2 heures;
  • fournir un état de vol mettre à jour toutes les 30 minutes fournir une mise à jour toutes les 30 minutes et vous informer de la raison du retard;
  • vous permettre de descendre de l'avion 3 heures (4 heures pour les vols internationaux) après le début du retard sur le tarmac.

Veuillez noter que le pilote est autorisé à maintenir les passagers à bord encore plus longtemps s'il y a des problèmes de sécurité ou de sûreté.


Bagages perdus, retardés, endommagés

En cas de problèmes avec vos bagages, vous pourriez avoir droit à une compensation pouvant atteindre 1,300 € (environ 1,430 $). En cas de retard de vos bagages, en vertu des La Convention de Montréal les compagnies aériennes sont tenues de couvrir vos dépenses pour les besoins essentiels.

Si vos bagages ont été endommagés ou perdus, vous devriez déposer une réclamation écrite tant que vous êtes encore à l'aéroport. Aux États-Unis, vous devez remplir un formulaire appelé "Property Irregularity Report" (PIR).


Vol de vol annulé ou retardé

Les réglementations aux États-Unis ne prévoient pas de droits spéciaux ou d'indemnisation pour les retards ou les annulations de vol. En cas de perturbation de vol, il est conseillé de contacter votre compagnie aérienne et de parvenir à un accord de votre propre chef.

En revanche, les réglementations de l'Union européenne obligent les transporteurs aériens à verser jusqu'à 600 € (environ 660 $ actuellement) aux passagers ayant subi une perturbation de vol. Cela s'applique également si un vol à destination de l'UE provient des États-Unis et que la compagnie aérienne exploitante est enregistrée dans l'UE.


Les transporteurs aériens sont exemptés de cette obligation uniquement si la perturbation du vol est due à des circonstances extraordinaires. Des exemples de telles situations de force majeure comprennent les intempéries, les troubles politiques ou civils ou une décision des contrôleurs aériens.

Comme vous pouvez le constater, les droits des passagers aux États-Unis semblent être plutôt limités en comparaison avec les règles en Europe. L'adoption récente de la Charte des droits des passagers aériens au Canada renforce encore davantage l'urgence de cette question. Il est temps que les législateurs américains prennent des mesures concrètes pour protéger les passagers aériens aux États-Unis également.

Avez-vous eu un vol retardé au cours des 3 dernières années?

Vérifiez gratuitement votre compensation pour les vols retardés!


Changements prévus dans le nouveau projet de loi sur les droits des passagers aériens?

La nouvelle législation, si elle est adoptée, renforcerait considérablement les règles existantes et en introduirait même de nouvelles.


Si votre vol est surréservé et que vous vous portez volontaire pour renoncer à votre place.

En cas de en cas de refus volontaire de l'embarquement, les compagnies aériennes ne seraient pas autorisées à plafonner l'indemnisation versée aux volontaires. De plus, la compagnie serait tenue de vous verser votre indemnisation dans les meilleurs délaisen espèces.

 

Si on vous refuse l'embarquement

Pour les cas de refus d'embarquement involontaire, le montant de 1350 $ (environ 1220 € actuellement) serait fixé comme indemnisation minimale pour les passagers affectés par les vols surréservés.

Actuellement, c'est le montant maximal. Pour les retards jusqu'à 1 heure, les passagers n'ont droit à aucune indemnisation.

 

Si votre avion est bloqué sur la piste

Les nouvelles dispositions exigeraient que des toilettes et de l'eau potable soient disponibles et gratuites, à tout moment, pour tous les passagers à bord de l'avion.
Les compagnies aériennes devraient également garantir l'accès à des toilettes adaptées aux passagers handicapés.

 

Si vos bagages sont endommagés, retardés ou perdus

 

Selon le nouveau projet de loi sur les droits des voyageurs aériens, les transporteurs aériens seraient tenus de compenser rapidement les passagers en cas de problèmes liés aux bagages.
Si votre valise est endommagée, la loi exigerait le remboursement automatique des frais de bagages enregistrés.
De plus, si vos bagages sont retardés, perdus ou endommagés, la compagnie aérienne devrait vous contacter par le moyen de communication de votre choix. Elle devrait vous informer de la procédure pour obtenir un remboursement ainsi que du montant qui vous est dû.

 

Si votre vol est retardé ou annulé

Le projet de loi sur les droits des passagers vise à une meilleure protection en cas de perturbations de vol lorsque la raison relève du contrôle de la compagnie aérienne.

Des exemples typiques incluent la maintenance régulière de l'avion et la planification de l'équipage. Vous seriez également éligible si la perturbation est causée par des problèmes fonctionnels liés aux technologies de l'information ou à la gestion au sol.

Tout comme en Europe et au Canada, la compensation dépendrait de la durée du retard.

 

Si votre vol est retardé de 1 à 4 heures 

Le nouveau projet de loi garantirait une meilleure protection des voyageurs si vous arrivez entre 1 et 4 heures après l'heure d'arrivée initialement prévue. Vous auriez droit à un remboursement automatique du prix du billet.

La compagnie aérienne devrait également vous proposer un vol de remplacement, soit l'un de ses propres vols, soit un vol sur une autre compagnie.

 

Si votre retard de vol dépasse 4 heures à l'arrivée 

Pour les longs retards, les transporteurs aériens devraient rembourser automatiquement le montant payé par le passager et proposer à nouveau un vol de remplacement.

En plus de ce qui précède, les transporteurs aériens devraient verser une compensation de 1350 $ (environ 1220 € actuellement) en espèces. Les passagers auraient également droit à une somme équivalente au coût d'un repas.

Dans le cas où le retard se prolonge jusqu'au lendemain, en plus de tout ce qui précède, le transporteur aérien serait tenu de couvrir les frais d'hébergement.

 

people waiting to board an airplane


Si le retard a été attribué à des événements de force majeure

Notez que les compagnies aériennes sont généralement exonérées de responsabilité si la raison du retard est indépendante de leur volonté.

Cependant, cela peut parfois conduire à ce que le nouveau projet de loi appelle une "pratique trompeuse". La loi vise à interdire aux compagnies aériennes d'attribuer sans fondement des retards à des événements de force majeure.

En plus de la protection des passagers détaillée ci-dessus, le nouveau projet de loi énonce d'autres droits importants.

 

Frais équitables

Le nouveau projet de loi sur les droits vise à offrir une protection contre les frais injustes. Les compagnies aériennes seraient interdites d'imposer des frais déraisonnables et disproportionnés par rapport aux coûts engagés. Cela inclurait les frais de modification ou d'annulation, les frais de bagages enregistrés ou en cabine, ainsi que les frais de sélection ou de réservation de sièges.

 

Transparence

Selon la nouvelle loi, les compagnies aériennes seraient:

  • Interdites de restreindre l'accès aux informations relatives aux tarifs, aux horaires, aux frais (y compris aux agents de voyage) ou à la disponibilité des sièges.
  • Interdites de modifier les conditions de leurs programmes de fidélité sans préavis.
  • Tenues de fournir des informations précises et à jour de manière conviviale.
  • Tenues d'informer rapidement les passagers de leurs droits et de leur éligibilité aux remboursements.
  • Tenues d'avoir des politiques de placement en famille (pour les enfants de moins de 2 ans).

 

Espace suffisant

Pour des raisons de santé et de sécurité, le nouveau projet de loi vise à établir une taille et un espacement minimum raisonnables pour les sièges d'avion.

Les compagnies aériennes seraient également tenues d'afficher publiquement ces dimensions. L'objectif est de s'assurer que vous puissiez voir les dimensions des sièges, de l'espace pour les jambes et des allées lors de la réservation.

 

Compétitivité

Le projet de loi exige également une analyse de l'état de la concurrence.

Cette question est particulièrement importante après la consolidation des compagnies aériennes américaines après janvier 2000.

Pénalités

Le projet de loi exige que toutes les plaintes actuelles des passagers soient examinées et rapportées.

Il souhaite également interdire aux compagnies aériennes de négocier avec la FAA pour réduire les sanctions en cas de violation des droits des passagers.

 

Actions civiles contre les transporteurs aériens

Selon le nouveau projet de loi, les passagers auraient le droit d'intenter une action civile dans les 2 ans suivant la violation.

De plus, les compagnies aériennes seraient interdites d'inclure des clauses de renonciation aux recours collectifs dans leurs contrats. Les transporteurs devraient informer les passagers de leur droit de déposer des réclamations au moment de l'achat du billet.

Les compagnies aériennes devraient également inclure un numéro de hotline, une adresse e-mail ou un lien actif pour soumettre des réclamations.

 

La nouvelle charte des droits des passagers aériens est clairement ambitieuse. Va-t-elle décoller?

Certains sceptiques affirment que cela est peu probable car le projet fait face à de nombreux obstacles. D'autres, cependant, croient que avec l'approche d'une année électorale, le nouveau projet de loi est prêt à prendre son envol.